English  


Les artistes invités du Theatre of Early Music
Sélectionner un artiste afin d’obtenir une courte biographie:










 

Nancy Argenta,  Soprano (Angleterre)^  Haut

photo de Nancy Argenta Nancy Argenta, dont le répertoire d’oeuvres embrasse plus de trois siècles de musique, a été saluée non seulement comme la suprême soprano Handelienne de notre temps mais a aussi été couverte d’éloges pour son interprétation des oeuvres de compositeurs aussi divers que Mahler, Mozart, Schubert et Schoenberg. Son habileté à passer des grandes oeuvres symphoniques à la musique de chambre ou au récital lui a valu une grande renommée et le respect du monde de la musique. Grande adepte du répertoire vocal de toutes les périodes, Nancy Argenta donne beaucoup de récitals en présentant les oeuvres avec leur accompagnement "original" sur clavecin, pianoforte ou piano moderne. Elle a plus de 50 enregistrements à son actif et sa discographie comprend plusieurs oeuvres de Bach (dont La Passion selon St-Jean, la Messe en si mineur, le Magnificat et L’Oratorio de Noël avec Gardiner), de Purcell (dont le King Arthur), de Haydn (dont des Messes avec Pinnock et Hickox), et de Mozart (dont le Requiem, la Flûte enchantée et Don Giovanni avec Norrington).









 

Robin Blaze,  Contre-Ténor (Angleterre)^  Haut

photo de Robin Blaze La carrière de Robin Blaze l’a hissé au rang des meilleurs interprètes de Purcell, Bach et Handel, en chantant dans les plus grandes salles et les plus prestigieux festivals d’Europe, d’Amérique du Nord et du Sud, du Japon et de l’Australie. Il travaille avec les plus éminents chefs du monde de la musique ancienne : Christophers, Gardiner, Herreweghe, King, Kraemer, Koopman, Leonhardt, MacKerras et Pinnock. Ses collaborations sur disque et en concert avec Masaaki Suzuki et le Bach Collegium Japan ont été particulièrement remarquées par la critique. Robin Blaze est régulièrement en demande au Wigmore Hall en récital et avec différents ensembles de chambre. Il a fait plus de 50 enregistrements d’oeuvres de Adès, Bach, Blow, Buxtehude, Handel, Lawes, Purcell, Vivaldi et Zelenka avec Hyperion, BIS, Challenge, EMI, DG Archiv et Harmonia Mundi entre autres.









 

James Bowman,  Contre-Ténor (Angleterre)^  Haut

photo de James Bowman Durant sa carrière, James Bowman s’est produit sur presque toutes les grandes scènes d’opéra : La Scala de Milan, à Amsterdam, Paris, Aix-en-Provence, Sydney, Verone, Vienne, Strasbourg, Sante Fe, Dallas et San Franscisco. Sa carrière de concertiste est d’aussi grande envergure. En Europe, et plus particulièrement en France, ses récitals lui ont valu un public fidèle. En 1992, le gouvernement français l’a décoré de "L’Ordre des Arts et des Lettres" et de la "médaille d’honneur de la ville de Paris", pour souligner sa vaste contribution à la vie musicale de la ville. James Bowman a une discographie de plus de 180 enregistrements avec tous les labels de qualité et a travaillé avec les plus grands chefs d’orchestre tels Harnoncourt, Bruggen, Gardiner, Norrington, Hogwood et Leonhardt. Beaucoup de ses enregistrements récents ont été réalisés avec les King’s Consort/King chez Hyperion.








 

Jeremy Budd,  Ténor (Angleterre)^ Haut

photo of Jeremy Budd Jeremy, un ancien "Head Chorister" de la cathédrale St. Paul, figure comme soliste sur l’enregistrement de l’oeuvre "Liverpool Oratorio", composée par Paul McCartney et dirigée par Carl Davis. Diplômé de la Royal Academy of Music où il a étudié avec David Lowe, Jeremy se produit régulièrement avec les plus éminents chœurs du Royaume-Uni, dont la Monteverdi Choir, le Gabrieli Consort et la Academy of Ancient Music. Il est également un membre permanent de l’ensemble choral The Sixteen.
En 2000, Jeremy a fait ses débuts comme ténor en incarnant le rôle de Pilatus dans Passio de Arvo Part à la Westminster Cathedral, et se produit depuis régulièrement en concert. En 2008, Jeremy a fait son premier récital solo dans le cadre de la série BBC Proms avec des arias de la Passion selon St-Jean de Bach avec Sir Eliot Gardiner. Plus tard la mme année, il a chanté avec Bernard Labadie et Les Violons du Roy à Québec et à Montréal.
Du côté opératique, il compte à son actif une production scénique de la Passion selon St-Jean, à Paris, l’opéra Orfeo avec Emmanuelle Haim à Lille, le rôle de Pilade dans Oreste de Handel au Linbury Studio Theatre, une production de Didon et née de Purcell (mise en scène complète) avec le English Country Garden Opera, ainsi que Acis et Galatea avec le Royal Opera House Chorus.








 

Benjamin Butterfield,  Ténor (Canada)^  Haut

photo de Benjamin Butterfield Ténor canadien internationalement acclamé, Benjamin Butterfield a fait ses débuts au Pacific Opera de Vancouver en 1990 en tenant le rôle de Triquet dans l’opéra Eugene Onegin. Il y est depuis retourné pour jouer Ferrando (Cosi fan tutte, 1991), Lysander (A midsummer night’s dream, 1993), Ernesto (Don Pasquale, 1993) et Peter Quint (The turn of the screw, 1997). En 1999, il a chanté Don Ottavio dans Don Giovanni - rôle qu’il reprendra en 2007. Admiré pour son approche enthousiaste de la musique et son irrésistible génie musical, Benjamin Butterfield a séduit tous les publics, tant au concert qu’à l’opéra, et ce, partout dans le monde. Il profite d’une carrière internationale qui le confirme comme l’un des artistes canadiens les plus en demande et les plus connus. Il a été couronné de succès lors de prestations en Amérique du Nord, en Europe, en Israël, en Nouvelle Zélande et au Japon.









 

Michael Chance,  Contre-Ténor (Angleterre)^  Haut

photo de Michael Chance Michael Chance s’est taillé une réputation mondiale comme un des interprètes les plus talentueux de la voix d’alto masculin dans toutes les sphères du répertoire classique et est sollicité autant à l’opéra qu’en concert ou à l’enregistrement. Ses présences à l’opéra, en oratorio ou en récital l’ont conduit aux quatre coins du monde, de l’Opéra de Sydney au Wigmore Hall de Londres. La discographie de Michael Chance est riche et variée. Il a beaucoup enregistré avec John Eliot Gardiner, notamment les Passions, les Cantates et la Messe en si mineur de Bach, l’Orfeo et l’Incarnation de Popée de Monteverdi, de même que Jephta, Tamerlano et Agrippina de Handel. Sa conviction qu’il est impérieux d’accroître le répertoire des oeuvres pour contre-ténor a incité de nombreux compositeurs comme Richard Rodney Bennett, Alexander Goehr, Tan Dun, Anthony Powers, John Tavener et Elvis Costello (entre autres) à lui dédier leurs nouvelles créations. Michael Chance est professeur invité au Royal College of Music.









 

Pascal Charbonneau,  Ténor (Montréal)^  Haut

photo de Pascal Charbonneau Le ténor Pascal Charbonneau poursuit présentement une carrière en plein essor dans les domaines de l’opéra et de l’oratorio. M. Charbonneau compte déjà à son actif plusieurs rôles, notamment Don Ottavio dans Don Giovanni, Tamino dans Die Zauberflöte, Peter Quint dans The Turn of the Screw, Jupiter dans Semele, Don Ramiro dans La Cenerentola et Gonzalve dans l’Heure espagnole. M. Charbonneau a également incarné, pour l’Opéra de Montréal, les rôles de Borsa dans Rigoletto et du deuxième prêtre dans la Flûte enchantée. Pascal a aussi fait ses preuves dans l’oratorio et on a pu l’entendre récemment à Calgary dans le rôle titre du Joshua de Handel, à Toronto à chanter les airs du Weihnachts Oratorium avec le Bach Consort et à Ottawa dans Carmina Burana avec le Ottawa Symphony Orchestra.










 

Jacques Olivier Chartier,  Ténor (Montréal)^  Haut

photo of Jacques Olivier Chartier Reconnu pour la beauté de sa voix et ses interprétations sensibles, le ténor québécois Jacques Olivier Chartier est une étoile montante de la scène lyrique canadienne. Il débute son apprentissage musical en 1996 à la Maîtrise des Petits Chanteurs du Cap-de-la-Madeleine. Il y reoit, dès son plus jeune âge, une formation musicale complète. Il étudie le chant, le piano, la théorie musicale, l’harmonie, l’histoire et se produit rapidement comme soprano solo dans de nombreux oratorios.
Il a travaillé la technique vocale et l’interprétation avec des professeurs tels Aline Kutan, Yolande Parent, Daniel Taylor, Alexander Weimann et Charles Daniels. Il obtient en 2012 une Maîtrise en chant de l’Université de Montréal où il y cumula les prix en mélodies françaises et en opéra. Il est aussi récipiendaire du prix Raynald H.Giroux au concours annuel de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières (2008 Jacques Lacombe).
Particulièrement apprécié dans le cercle des musiques anciennes en Amérique du Nord, le jeune ténor fait l’apprentissage de la rhétorique baroque avec Christopher Jackson et Alexander Weimann. Aux côtés d’artistes de renom tels Matthew White et Suzie Leblanc, il additionne les prestations avec le fougueux ensemble de solistes Les Voix Baroques. Jacques Olivier est fréquemment invité à se produire au sein des nombreux festivals musicaux en Amérique du Nord ; Boston Early Music, Indian River, Ottawa chamber music festival, Early Music Seattle, ArtSpring Saltspring Island, Festival Lamèque, Torontos Music at Sharon, Early Music Guild Vancouver pour ne nommer que ceux la.








 

Philip Cutlip,  Baryton (États-unis)^  Haut

photo de Philip Cutlip Le baryton américain Philip Cutlip récolte immanquablement la faveur de la critique tant en Amérique du Nord qu’en Europe. Chanteur établi tant en concert et à l’opéra, il s’est produit avec plusieurs chefs d’orchestre distingués, dont Nicholas McGegan, Yves Abel, Miguel Harth-Bedoya, Gerard Schwarz et Donald Runnicles.
Parmi les succès récents de Philip Cutlip à l’opéra, on compte ses brillants débuts pour le Glimmerglass Opera dans le rôle titre de Orphée de Philip Glass, son retour au Seattle Opera avec Marcello dans La Bohème ainsi que son retour pour le Gran Teatre del Liceu à Barcelone avec Mattieux dans Andrea Chénier de Giordano.
Il s’est également produit en tant que soliste avec pratiquement tous les orchestres importants de l’Amérique du Nord.
Philip Cutlip a fait de ses collaborations avec des compagnies de danse bien établies et des ensembles d’avant-garde un élément distinctif de sa carrière. En effet, il a interprété des chansons de Charles Ives lors de sa première apparition avec le New York City Ballet, a effectué une tournée internationale avec le Hamburg Ballet en chantant les Dances de Leonard Bernstein, et s’est produit en tournées européenne et américaine de Les Enfants terribles de Philip Glass.









 

Charles Daniels,  Ténor (Angleterre)^  Haut

photo de Charles Daniels Le répertoire des oeuvres chantées par le ténor Charles Daniels s’étend sur 1150 ans, du IXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Charles Daniels a participé à plus de soixante enregistrements en tant que soliste : le Messie de Handel avec le Gabrieli Consort (Deutsche Grammophon), des chansons de Dowland (EMI), Alexander Balus de Handel avec le King’s Consort (Hyperion), le Beggar’s Opera Hyperion, l’Histoire de Noël de Schütz (Deutsche Grammophon), la Messe Sainte-Cécile de Haydn avec l’orchestre et le chœur Gulbenkian, l’Oratorio de Pâques de Bach avec le Taverner Consort (EMI), des airs de cour avec Catherine King et Jacob Heringman, des chants de circonstance de Handel avec Emma Kirkby (SOMM) ainsi qu’une vingtaine de disques de musique de Purcell, surtout avec le King’s Consort. À l’opéra, on l’a vu tenir le rôle du Dieu du Sommeil dans Atys de Lully à l’Opéra de Paris et tenir le rôle principal du Fairy Queen de Purcell au Festival d’Aix-en-Provence. En concert, il se produit régulièrement aux concerts BBC Promenade à Londres.








 

Neal Davies, Baritone (Pays de Galle)^  Haut

photo de Neal Davies Gagnant du Lieder Prize à l’édition 1991 du concours Cardiff Singer of the World, Neal Davies s’est depuis produit au Royal Opera, à Covent Garden, au English National Opera, au Scottish Opera et au Welsh National Opera. Il est régulièrement invité au Edinburgh Festival et aux BBC Proms, et a participé à la production d’enregistrements notables du Messie et des opéras Saul et Theodora de Haendel avec Paul McCreesh et le Gabrieli Consort pour DG Archiv.
Les engagements récents de Neal comprennent l’oratorio Belshazzar de Haendel sous la direction de Jacobs à Aix-en-Provence, Berlin et Innsbruck; Agrippina de Haendel pour le Deutsche Staatsoper à Berlin; Ko-Ko (The Mikado) pour le Lyric Opera of Chicago; Athalia de Haendel avec Concerto Koelm; Bottom (A Midummer Night’s Dream) pour le Garsington Opera; Ariodates (Xerxes) et Kolenaty (The Makropoulos Case) pour le English National Opera; et Zebul (Jephtha), Papageno (Fl’te enchantée), Dulcamara et Sharpless (Madame Butterfly) pour le Welsh National Opera.








 

Alexander Dobson,  Basse (Canada)^  Haut

photo de Alexander Dobson Le baryton canadien Alexander Dobson a été louangé par la critique pour sa musicalité et son charisme sur scène, tant à l’opéra qu’en concert. Parmi ses plus récents succès : sa fascinante performance de Wozzeck sous la direction de Yannick Nezet-Séguin à Montréal, ses interprétations de Mercutio dans Roméo et Juliette à l’Opera Ontario et à L’Opéra de Montreal, de Junius dans The Rape of Lucretia au Pacific Opera Victoria, de Schaunard dans la Bohème à l’Opéra de Québec et ses débuts dans la production de Carmen à l’Opera Pacific (Costa Mesa). Le Royal Opera lui a confié son premier rôle lors de la production du Midnight Court de Ana Sokolovic qui a ouvert la saison au Covent Garden’s Linbury Theater en juin 2006. En concert, M. Dobson a chanté la Messe en do mineur de Mozart avec le Chorus Niagara et le Messie de Handel avec l’Orchestra London, les Elmer Iseler Singers et le Brott Festival. Ayant suivi les meilleurs programmes d’étude de la Music Academy of the West, du Steans Institute for Young Artists et de L’Atelier Lyrique de L’Opéra de Montréal, il a aussi reçu de nombreux récompenses et prix incluant ceux du Concours international de voix de Paris et de la Compétition nationale des Jeunesses Musicales du Canada.








 

Julia Doyle,  Soprano (Angleterre)^  Top

photo de Julia Doyle Née à Lancaster, Julia étudia les Sciences politique et sociale grâce à une Bourse d’études chorales aux Gonville et Caius College, à Cambridge. Après avoir terminé son baccalauréat, elle travailla aux États-Unis comme consultante en recherche dans le domaine du développement linguistique et musical infantile, puis dans le domaine de la gestion des arts à Londres avant de se dédier à sa carrière de chanteuse. Depuis ce temps, elle s’est produite à travers le monde avec plusieurs des meilleurs ensembles d’Europe, et s’établit rapidement comme soliste se spécialisant dans le répertoire baroque.
Quelques points saillants : la Scena di Berenice de Haydn avec le BBC Philharmonic Orchestra et Gianadrea Noseda, le Messie de Haendel au Royal Albert Hall avec le Royal Philharmonic Orchestra, une tournée européenne de la Passion selon St-Jean de Bach avec John Eliot Gardiner, l’Exultate Jubilate de Mozart et la Nelson Mass de Haydn à la Cité de la Musique à Paris, un programme de Purcell, Blow et Locke avec B’rock, ainsi que des arias de Haendel au King’s Place avec le Orchestra of the Age of Enlightenment, au Wigmore Hall avec Xacona, et en tournée dans les Hébrides extérieures avec le Scottish Chamber Orchestra.
Julia a récemment enregistré le Messie de Haendel (Stephen Layton / Britten Sinfonia) pour Hyperion, le Magnificat de Bach BWV 191, et le Gloria de Vivaldi (Greg Funfgeld / Bethlehem Bach Festival Orchestra), In Terra Pax de Finzi et l’Hymn to the Nativity de Leighton (Hilary Davan Wetton / Bournemouth Symphony Orchestra) ainsi qu’un enregistrement de Dwadziesci Koled de Lutoslawski (BBC Symphony Orchestra / David Zinman) pour Sony BMG, qui fut accueilli très favorablement par la critique.








 

Andrew Foster-Williams,  Bass (Angleterre)^  Haut

photo de Andrew Foster-Williams Acclamé par la presse pour sa voix autoritaire et sonore ainsi que pour sa grandiose présence sur scène, Andrew Foster-Williams s’est établi comme jeune talent prometteur dans le monde de la musique classique. Andrew apporte virtuosité vocale et charisme aux salles de concerts et d’opéra en combinant sa musicalité brillante et sa sensibilité instinctive pour le drame. Il a fait ses études à la Royal Academy of Music, où il y sera bientôt fait membre associé. Durant ces études, il y gagna plusieurs prix, dont le Opera Prize, le Flora Nielsen Recital Prize et le Elena Gerhard Lieder Prize.
Il a fait ses débuts sur la scène opératique dans le rôle de Leone dans Tamerlano de Haendel, partageant ainsi la scène avec Placido Domingo au Washington National Opera. Son interprétation suscita la critique suivante dans le Washington Post Review: "Andrew Foster-Williams surprit merveilleusement lorsqu’il faillit voler la vedette lors de l’air du deuxième acte". Andrew a chanté sur les scènes de concert et les maisons d’opéra partout au monde, et il fera ses débuts en récital au Wigmore Hall en 2013.







 

Katharine Fuge,  Soprano (Angleterre)^  Haut

photo de Katharine Fuge Katharine Fuge a grandi sur l’île de Jersey pour ensuite aller étudier le chant à Londres. Elle y travaille à perfectionner sa technique vocale avec Paul Farrington. Pendant son séjour, elle se produit comme soliste et membre d’ensemble dans de nombreux festivals et événements en Grande-Bretagne et en Europe. Elle s’est surtout fait connaître par ses interprétations exceptionnelles de Bach lors de nombreux concerts du " Bach Cantata Pilgrimage ". Katharine Fuge s’est en effet jointe à ce projet des English Baroque Soloists, mené par John Eliot Gardiner, qui a dirigé toutes les cantates sacrées du compositeur en différents endroits d’Europe pour en enregistrer plusieurs pendant l’année Bach en l’an 2000. Katharine Fuge travaille régulièrement avec différents ensembles tels que le Collegium Vocale de Ghent, le Stuttgart Chamber Chorus et l’Akademie für alte Musik de Berlin. Ses enregistrements comprennent, entre autres, le Gloria de Vivaldi, le Dixit Dominus de Handel et la Messe en ré majeur de Dvork.








 

Karina Gauvin,  Soprano (Montréal)^  Haut

photo de Karina Gauvin Avec sa voix unique, sa technique remarquable et sa grande virtuosité, Karina Gauvin a su charmer les publics d’un bout à l’autre de la planète, de la Royal Opera House de Londres au prestigieux 92nd Street Y et au Lincoln Center de New York. Son vaste répertoire comprend notamment des oeuvres de Jean-Sébastien Bach, de Benjamin Britten et de Luciano Berio. Karina Gauvin a chanté avec bon nombre des plus grands orchestres, dont l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Akademie für Alte Musik Berlin, le Toronto Symphony, le Minnesota Orchestra, I Musici de Montréal, le Los Angeles Chamber Orchestra, Les Talens Lyriques, le Tafelmusik Baroque Orchestra, le Seattle Symphony, Capriccio Stravagante et Les Violons du Roy. À l’opéra et en concert, elle a chanté avec brio sous la direction de Charles Dutoit, Christopher Hogwood, Helmuth Rilling, Bruno Weil, Markus Creed, Bernard Labadie, Andrew Parrott et Christophe Rousset. En récital, on l’a entendue avec plusieurs ensembles de musique de chambre, ainsi qu’avec les pianistes Marc-André Hamelin, Michael McMahon et Roger Vignoles. La discographie de madame Gauvin compte de nombreux titres couronnés de succès.








 

Michael George,  Basse (Angleterre)^  Haut

photo de Michael George Michael George a étudié au Royal College of Music de London, où il a gagné plusieurs prix. Il a abondamment chanté à l’étranger de même qu’avec tous les orchestres, les ensembles et pour tous les festivals majeurs de la Grande-Bretagne. Parmi ses enregistrements : La Création de Haydn (Decca), Dream of Gerontius d’Elgar (EMI), la Passion selon St-Mathieu de Bach (Columns Classics), Samson de Handel (Collins), Apollo et Daphné (Chandos), l’Orphéo de Monteverdi (Decca), Acis et Galatea de Handel (Hyperion), The Crucifixion de Stainer (Chandos), Let us Garlands Bring de Finzi avec le Bournemouth Symphony Orchestra sous la direction de Vernon Handley (BMG Conifer), le Messie de Handel avec les Sixteen (Hyperion), la Messe en si mineur (Hyperion) et la Neuvième symphonie de Beethoven et la Missa Solemnis (Nimbus). Il a aussi enregistré plusieurs disques avec les King’s Consort, dont Joshua, Judas Maccabaeus, Acis et Galatea, Deborah, Ottone, Alexander Balus et le Occasional Oratorio.






 

James Gilchrist,  Ténor (Angleterre)^  Haut

photo de James Gilchrist James Gilchrist est un ardent interprète de musique contemporaine et a chanté lors des premières mondiales de l’Apocalypsis Joannis de Knut Nystedt (Oslo Philharmonic), du Total Eclipse de John Tavener (Academy of Ancient Music) qui a été enregistré , ainsi qu’au Salisbury Festival (Helen Ottaway-The Echoing Green). En collaboration avec la pianiste Anna Tilbrook, il a chanté Schumann (Liederkreis-op 24), Finzi Till Earth Outwears et Métamorphoses de Poulenc pour la BBC Radio 3. James Gilchrist est accompagné en récital par la harpiste Alison Nicholls. Ses prestations à l’opéra sont nombreuses et parmi celles qui ont été enregistrées, on peut l’entendre chanter le rôle titre dans Albert Herring de Britten et A Poisoned Kiss de Vaughan William (Chandos), les Passion selon St-Mathieu et St-Jean de Bach, les Vêpres de Rachmaninov, la musique sacrée de Schütz, la Passion selon St-Marc et des cantates de Rameau, des chansons de Grainger et plusieurs autres.








 

Meredith Hall,  Soprano (Canada)^  Haut

photo de Meredith Hall La soprano canadienne Meredith Hall enchante le public partout au monde grâce au " lustre de sa voix et à la fluidité de son legato " (San Francisco Chronicle) ainsi qu’à la " brillance de ses interprétations appuyée par un sens du drame " (Boston Globe). Aussi à l’aise à chanter l’opéra que l’oratorio, elle est surtout sollicitée pour les oeuvres des répertoires baroque et classique, en particulier celles de Mozart et de Handel. Madame Hall a enregistré avec des ensembles tels que La Nef, Les Musiciens du Louvre, Le Concert Spirituel, The Musicians of the Globe, The Toronto Consort, Aradia Baroque Ensemble et Tafelmusik. Meredith Hall a collaboré avec des chefs d’orchestre aussi éminents que Nicholas McGegan, Christopher Hogwood, Andrew Parrott, Marc Minkowski, David Fallis et Mario Bernardi.








 

Peter Harvey,  basse-baryton (Angleterre)^  Haut

photo de Peter Harvey Peter Harvey s’est principalement fait connaître comme soliste avec des orchestres et des chœurs spécialisés dans le répertoire des 17e et 18e siècles, bien que son répertoire s’étende de la musique ancienne à la musique contemporaine. Il travaille avec les ensembles anglais les plus importants, comme The English Baroque Soloists, The Gabrieli Consort, The Orchestra of the Age of Enlightenment, The Kings Consort, London Baroque et The Purcell Quartet. Il est fréquemment invité à l’étranger par des formations telles le Collegium Vocale de Gent, les Talens Lyriques, Il Seminario Musicale, et De Nederlandse Bach Vereniging. La discographie de Peter Harvey compte plus de 80 enregistrements d’une grande variété d’oeuvres allant du 17e siècle à nos jours. Il a enregistré de nombreuses cantates pour Deutsche Grammophon, y compris la célèbre BWV82 Ich habe genug. Il a aussi participé à un grand nombre des concerts du " Bach Cantata Pilgrimage " avec Sir John Eliot Gardiner. www.peterharvey.com





 

Gillian Keith,  Soprano (Canada)^  Haut

photo de Gillian Keith Gillian Keith, gagnante du prix Kathleen Ferrier en 2000, a étudié à l’Université McGill de Montréal et à l’Académie Royale de Musique de Londres. Elle se produit fréquemment avec les meilleurs orchestres dont l’Academy of Ancient Music, l’Orchestra of the Age of Enlightenment et les English Baroque Soloists. Parmi ses enregistrements : Early Songs de Debussy pour Deux-Elles, The Tempest de Purcell (Naxos), le Gloria de Handel avec John Eliot Gardiner (Philips) et des Cantates de Bach pour Gardiner (Soli Deo Gloria). Ses rôles à l’opéra : elle a chanté Nannetta dans Falstaff (English National Opera), Dew Fairy dans Hansel et Gretel (BBC Proms). Elle a aussi chanté Iole dans Hercules de Handel et Silvia dans l’Ascanio de Alba de Mozart (Buxton Festival), Poppea (Theater Basel), Woodbird (Siegfried), Papagena (Magic Flute) et Amor (Orfeo ed Euridice) - le tout pour le Scottish Opera.







 

Andrew Kennedy ,  Ténor (Northumberland, Angleterre)^ Top

photo de Andrew Kennedy Andrew a été choriste à la Durham Cathedral et a étudié à la Uppingham School puis au King‘s College de Cambridge. Il s’est perfectionné d’abord au Royal College of Music, puis a obtenu une place dans le Vilar Young Artists programme de la Royal Opera House.

Il a gagné en 2005 le BBC Cardiff Singer of the World Rosenblatt Recital Prize, et s’est depuis établi comme l’un des meilleurs chanteurs de sa génération. Il s’est produit à la Royal Opera House, au Covent Garden et plus récemment à la Scala de Milan, ainsi qu’avec le English National Opera, le Glyndebourne Festival Opera, Opera North, La Monnaie, l’Opéra de Lyon et le Houston Grand Opera. Il a travaillé avec plusieurs chefs d’orchestre éminents dont Sir Colin Davis, Daniel Harding, Vladimir Jurowski et Mark Elder. Andrew se produit régulièrement en récital à travers l’Europe et la Grande-Bretagne. Sa discographie comporte quatre albums solo : ‘Strauss Songs’ avec Roger Vignoles pour Hyperion; ‘On Wenlock Edge’ avec le Dante Quartet/Simon Crawford Philips pour Signum Classics; ‘The Dark Pastoral’ avec Julius Drake et Simon Russell Beale pour Altara Classics et ‘The Curlew’ avec Simon Lepper pour Landor Records.







 

Dame Emma Kirkby,  Soprano (Angleterre)^  Haut

photo de Emma Kirkby Pendant toute sa carrière, Emma Kirkby a eu à répondre à des questions du genre : " Quels sont vos prochains projets ? " Mais elle insiste : il reste toujours amplement à découvrir et matière à se réjouir dans son domaine de prédilection, le chant de la Renaissance, du Baroque et de l’époque classique, et elle n’a nullement l’intention d’y renoncer... même si elle a récemment tâté du Mahler (un seul morceau), du Stravinsky (tout juste quelques pièces), quelques lieder allemands, préférablement avec pianoforte et tout dernièrement, des mélodies d’Amy Beach. Chacune de ces incursions s’est révélée fort agréable et très instructive, mais elle préfère toujours se retrouver chez elle avec les Dowland, Lawes, Purcell, Blow, Bach et Handel. À ce jour, elle a participé à plus de cent enregistrements de toutes sortes, de Hildegarde de Bingen aux madrigaux de la Renaissance italienne et anglaise, des cantates et oratorios baroques et des oeuvres de Mozart et Haydn.







 

Jan Kobow,  Ténor (Allemagne)^  Haut

photo de Jan Kobow Jan se produit régulièrement sous la direction des chefs d’orchestre tels que Philippe Herreweghe, Frieder Bernius, John Eliot Gardiner, Gustav Leonhardt, Jos van Velthoven, Jeffrey Tate, Thomas Hengelbrock, Masaaki Suzuki, Robin Gritton, Hans-Christoph Rademann, Ludger Rémy, Andreas Spering, Morten Schuldt-Jensen, Marcus Creed, Howard Arman et René Jacobs. Il chante aussi avec des ensembles tels que l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, le Freiburger Barockorchester et l’Akademie für alte Musik Berlin. Il a un penchant particulier pour le lied, tout spécialement pour la chanson savante allemande de la période romantique. Il donne de nombreux récitals aux côtés de Graham Johnson, Cord Garben, Burkhard Kehring et Philipp Moll. Il donne aussi des récitals avec pianoforte aux côtés d’artistes tels que Leo van Doeselaar, Ludger Rémy et Kristian Bezuidenhout. Jan Kobow se produit fréquemment avec l’ensemble Himlische Cantorey dont il est l’un des membres fondateur. Il a réalisé de nombreux enregistrements.






 

Suzie Leblanc,  Soprano (Canada)^  Haut

photo de Suzie Leblanc La soprano Suzie LeBlanc possède une réputation internationale enviable dans le répertoire des 17e et 18e siècles. Très en demande dans le monde entier, elle se produit tant à l’opéra qu’en récital ou en oratorio et chante de la musique de chambre. Au cours des dernières années, elle a chanté pour de nombreuses productions lyriques encencées par la critique : au Netherlands Opera, au Dresden Musiekfestspiele et à l’Opéra de Montréal ainsi qu’en récital au Wigmore Hall de Londres, au Concertgebouw d’Amsterdam et au Konzerthaus de Vienne. Ses nombreuses prestations et enregistrements témoignent de ses collaborations avec des ensembles prestigieux tels Teatro Lirico (Stephen Stubbs), Amsterdam Baroque Orchestra (Ton Koopman), Musica Antiqua Köln (Reinhardt Göbel), Concerto Italiano (Rinaldo Alessandrini), Tafelmusik, Australian Brandenburg Orchestra et les Violons du Roy (Bernard Labadie). On peut l’entendre également dans le cadre plus intime du répertoire de musique de chambre avec des ensembles tels Tragicomedia, Les Voix Humaines, Purcell Quartet et Redbyrd.






 

Daniel Lichti,  Basse (Canada)^  Haut

photo de Daniel Lichti Acclamé comme l’un des plus chanteurs de concert et d’oratorio les plus éminents du Canada, Daniel Lichti est fréquemment le soliste invité d’orchestres symphoniques nord-américains, de chœurs et de séries de concerts. Il peut être entendu à travers l’Europe, le Japon et l’Argentine. Actif également à l’opéra, il s’est produit avec plusieurs des compagnies d’opéra du Canada, plus récemmant de retour avec l’Opéra de Montréal dans Le Nozze Di Figaro (Bartolo) et saluant le public au Guelph Spring Festival (2004) dans The Telephone and Three’s Company. Il a performé au Teatro dell’Opera di Roma dans le Giulio Cesare de Handel et chante fréquemment avec l’Opéra de Toronto. M. Lichti est professeur associé à la Faculté de Musique de l’Université Wilfrid Laurier, à Waterloo en Ontario, depuis 1998.









 

Joanne Lunn,  Soprano (Angleterre)^  Haut

photo de Joanne Lunn Joanne Lunn a étudié au Royal College of Music de London, où elle s’est vu décerner la prestigieuse Tagore Gold Medal. Elle chante comme soliste avec plusieurs groupes éminents de musique ancienne incluant les English Baroque Soloists, l’Orchestra of the Age of Enlightenment, les Musicians of the Globe, le New London Consort, l’Academy of Ancient Music, le Hilliard Ensemble, le Collegium Vocale de Gent sous la direction de Philippe Herreweghe, le King’s Consort et le Gabrieli Consort. Elle a chanté fréquemment comme soliste pour le Bach Cantata Pilgrimage avec le Monteverdi Choir sous la direction de Sir John Eliot Gardiner. Sa discographie comme soliste comprend le Laudate Pueri de Vivaldi avec le King’s Consort (Hyperion), les messes de Haydn avec Sir John Eliot Gardiner et le Monteverdi Choir (Philips), la Messe des enfants de John Rutter (City of London Sinfonia pour Collegium), le cycle des Cantates de Bach (Gardiner) enregistré durant le Bach Cantata Pilgrimage en 2000.






 

Peter McGillivray,  Basse (Canada)^ Haut

photo de Peter McGillivray Peter McGillivray est un chanteur canadien de la relève au talent prometteur tant à l’opéra qu’en concert. Lors de l’édition 2005 du Concours Musical International de Montréal, radiodiffusé en direct, il a raflé le Deuxième Grand Prix de même que le prix Chalmers pour la meilleure performance canadienne. Il a récolté un autre second prix au concours de la Reine Sonja à Oslo, en Norvège, diffusé en direct à la télévision scandinave. Nouvelle recrue du "Studio of the Canadian Opera Company", il a fait ses débuts professionnels en interprétant le rôle d’Aeneas dans Dido and Aeneas de Purcell et de Schlendrian dans une production de la Cantate du Café de Bach en 2003. Pour ses dernières prestations avec le Canadian Opera Company, il a tenu les rôles de Sid et du Vicaire dans le Albert Herring de Britten et de Schaunard dans La Bohème de Puccini. M. McGillivray est diplômé du University of Toronto où il a étudié avec la soprano Lynn Blaser et la mezzo-soprano Patricia Kern. Il détient également un diplôme en Histoire canadienne et Littérature du University College de l’Université de Toronto.






 

Rufus Müller,  Ténor (Angleterre)^  Haut

photo de Rufus Muller Rufus Müller a fait ses débuts en interprétant le rôle de Bastien dans Bastien und Bastienne de Mozart au Kent Opera en 1984. L’année suivante, il recevait le premier prix au English Song Award de Brighton. Rufus a entre autres travaillé sous la direction de Gustav Leonhardt, Frans Brüggen, Ivan Finscher et René Jacobs. Ses performances en récital l’ont conduit dans de nombreux pays européens, à Puerto Rico, aux États-Unis et au Japon. Plusieurs de ses prestations ont été enregistrées, lorsqu’il a chanté notamment dans la Passion selon St-Jean de Bach (BWV 245) sous la direction John Eliot Gardiner, de même que dans la Flûte enchantée de Mozart et dans la Fantaisie chorale de Beethoven sous la direction de Roger Norrington. Au Festival Handel de Göttingen en 1997, Rufus Müller a chanté Lurcanio dans Ariodante de Handel sous la direction de Nicholas McGegan. Il a aussi été l’invité du Holland Festival of Early Music de Utrecht et a été invité à chanter pour La Création de Haydn avec le Drottningholm Baroque Orchestra.








 

Gary Relyea,  Basse (Canada)^  Haut

photo de Gary Relyea Renommé pour la richesse de sa voix et son irrésistible perspicacité musicale, le baryton-basse Gary Relyea est un des artistes les plus réputés de la scène actuelle. Il a fait sensation dans le War Requiem de Britten, le Messie de Handel, la Symphonie n 8 de Mahler et le Requiem de Verdi avec les orchestres les plus prestigieux de Cleveland, Montréal, Toronto, Baltimore, Détroit, San Francisco, Calgary, Vancouver et avec l’Orchestre du Centre National des Arts d’Ottawa. Gary Relyea se produit régulièrement à l’opéra dans des rôles tels que Raimondo dans Lucia Di Lammermoor et Frère Laurence dans Roméo et Juliette de Gounod. Ses débuts dans le rôle de Rocco dans Fidelio de Beethoven ont coincidé avec la sortie de son disque (CBC) avec des scènes de Boris Godunov et de Lucia Di Lammermoor en compagnie du Vancouver Symphony Orchestra.









 

Carolyn Sampson,  Soprano (Angleterre)^  Haut

photo de Carolyn Sampson Une jeune soprano parmi les plus prometteuses à émerger ces dernières années, Carolyn Sampson est native de Bedford, et a étudié la musique à l’Université de Birmingham. Elle vit présentement à Londres, où elle a fait ses débuts à l’opéra avec le English National Opera dans le rôle d’Amor dans "The Coronation of Poppea". Elle a ensuite chanté Pamina dans La Flûte enchantée et plus récemment Semele de Handel, une interprétation chaudement ovationnée. Elle a débuté à l’opéra français dans le rôle de la première nièce dans Peter Grimes pour ensuite interpréter Asteria dans Tamerlano à Lille, Caen et Bordeaux. En concert, elle a chanté Eurydice et La Musica dans Orféo, Morgana dans Alcina et Antonia dans Les Contes d’Hoffmann. Carolyn Sampson a enregistré Vivaldi, Zelenka, Monteverdi, Handel, Rameau, Lalande et Mozart pour Hyperion, Bach et Handel pour BIS, des chansons pour luth de Robert Johnson pour Avie, l’Orféo de Montéverdi pour Virgin Classics et Paride ed Elena de Gluck pour DG Archiv.







 

Michiel Schrey,  Ténor (Canada)^  Haut

photo de Michiel Schrey Le ténor Michiel Schrey est salué par la critique et le public pour ses solides interprétations d’un large éventail d’oeuvres musicales, du baroque à l’opéra contemporain, y compris des grandes oeuvres du 19e siècle. M. Schrey a chanté en concert au Canada, aux États-Unis et en Europe. Il a récemment chanté avec les orchestres symphoniques de Montréal, d’Edmonton, de Regina, d’Hamilton, de Kingston, de Québec et de Buffalo, et avec de nombreux autres chœurs et orchestres de chambre. Depuis ses performances gagnantes au Eckhardt-Grammaté Competition en 1993, Michiel Schrey est un interprète passionné d’oeuvres contemporaines. On peut souvent l’entendre comme soliste sur les ondes de la CBC Radio et de Radio-Canada. Il a enregistré des disques avec les Bach Consort de Toronto et le quartuor vocal Figaro.









 

Paul Whelan,  basse (Nouvelle Zélande)^  Haut

photo de Paul Whelan Paul Whelan a étudié au Conservatoire de Wellington et au Royal Northern College of Music où il a gagné plusieurs bourses et prix prestigieux. Il mène une carrière dynamique en concert et récital. Il a travaillé sous la direction de Rattle, Nagano, Hickox, Menuhin et Sinaisky. Il a chanté avec plusieurs orchestres éminents du Royaume-Uni de même qu’avec le RIAS Berlin Chamber Choir et le Budapest Symphony Orchestra. Il a donné des récitals au Wigmore Hall, au St David’s Hall de Cardiff, au Cheltenham Festival, pour le BBC Pebble Mill, toujours accompagné de Julius Drake. Il a aussi donné un récital au Théâtre Châtelet de Paris, accompagné de David Harper. Parmi ses enregistrements notoires : A Midsummer Night’s Dream avec le LSO sous la direction de Sir Colin Davis (Philips), Silbersee de Kurt Weill sous la direction de Markus Stenz (BMG), et des prestations avec les orchestres du BBC Philharmonic (Chandos) et du BBC Scottish Symphony (Hyperion).








 

Deborah York,  Soprano (Angleterre)^  Haut

photo de Deborah York La soprano anglaise Deborah York s’est construit une solide réputation comme l’une des meilleures chanteuses baroque. Elle chante régulièrement avec plusieurs ensembles européens de premier plan. Parmi ceux-ci, les King’s Consort, Collegium Vocale Gent, English Concert, Amsterdam Baroque Orchestra, Freiburger Barockorchester et La Stagione, Frankfurt. En 2004, elle a formé le Amrita Ensemble avec un groupe de confrères musiciens afin d’explorer plus à fond le répertoire de cantates solo baroques dans le contexte intime de la musique de chambre. Très sollicitée tant à l’opéra que pour le répertoire classique, Deborah York se produit aussi sur les ondes radiophoniques et partout en Europe. Parmi les oeuvres phare de sa riche discographie: des cantates de J.S. Bach avec Philippe Herreweghe et Ton Koopman, la cantate BWV 244 avec le Gabrieli Consort (Deutsche Grammophon) et The Rake’s Progress de Stravinsky (Anne Truelove) avec le London Symphony Orchestra et John Eliot Gardiner qui s’est vu récompensé d’un Grammy en 2000.







 

Agnes Zsigovics,  Soprano (Toronto)^  Haut

photo de Agnes Zsigovics La jeune soprano canadienne Agnes Zsigovics dont "la voix claire et limpide de soprano fait s’envoler ses arias" chante avec les orchestres et les chœurs les plus prestigieux du Canada. Elle a fait ses débuts en novembre 2007 avec le Toronto Symphony Orchestra dans la Passion selon St-Jean de Bach, sous la direction du Maestro Helmuth Rilling. Au Ottawa Chamber Music Festival de 2007, elle a été la soliste invitée du TEM et de Daniel Taylor, une interprétation "à ravir" selon les critiques du Ottawa Citizen. Agnes Zsigovics a ensuite enregistré des duos de Bach avec Daniel Taylor pour Sony BMG records. En 2007, elle a chanté le Messie de Handel avec le Windsor Symphony Orchestra et le Chorus Niagara;. la Messe du Couronnement et le Requiem de Mozart; les Cantates BWV 4, 71 et 84 de Bach; le Schlagt Kunstler die Pauken de Buxtehude; et le Gloria de Poulenc. Elle a aussi chanté comme soliste la Messe en sol majeur de Schubert, le Gloria de Vivaldi, le Requiem de Fauré, les cantates BWV 23, 106, 37 et 140 de Bach et le Dona Nobis Pacem de Vaughan Williams. Agnes Zsigovics a été l’invitée du International Bach Festival les trois dernières années à l’Université de Toronto, où elle complète actuellement une maîtrise en performance vocale.